Nos valorisons vos déchets liquides dans une démarche de développement durable

Nos filières transforment un déchet en énergie

Tout en préservant l’environnement, nous recyclons et traitons les déchets spéciaux liquides pour les entreprises du site chimique de Monthey et pour d’autres entreprises. Ces flux sont valorisés au travers d’installations très performantes : deux fours d’incinération et une unité d’oxydation par voie humide (OVH). Ces filières sont équipées des plus récentes technologies d’épuration des gaz et de traitement des laves afin de maîtriser les rejets industriels et de respecter les exigences légales définies par l’OPair (Ordonnance fédérale sur la Protection de l’air), l’OEau (Ordonnance fédérale sur la protection de l’eau) et l’OMOD (Ordonnance fédérale sur les mouvements de déchets).

En d’autres termes, chez CIMO, nous nous engageons à transformer un déchet en énergie et à le recycler en matières premières : c’est une autre définition de l’écologie industrielle.

Vue globale des installations de traitement des déchets spéciaux liquides : Fours d’incinération, unité d’oxydation par voie humide (OVH) et capacités de stockage et de transfert / CIMO à Monthey

Vue globale des installations de traitement avec les capacités de stockage et de transfert

1.

Les fours d’incinération

Chez CIMO, nous disposons de deux fours d’incinération statiques qui permettent l’incinération des déchets spéciaux liquides chargés en composés organiques non biodégradables. Des conditions d’incinération spécifiques à une température de 1100°C assurent l’élimination totale de polluants tels que des dioxines ou polychlorobiphényles (PCB).

Les déchets organiques ou aqueux, acides ou basiques, peuvent contenir du chlore, du brome, du fluor, de l’iode, du soufre ou encore du phosphore. Afin de récupérer l’énergie thermique, chacun de nos fours est équipé d’un récupérateur de chaleur produisant de la vapeur pour le réseau du site chimique de Monthey. Nos filières sont également équipées d’installations d’épuration des gaz de combustion et de traitement des laves.

Le travail des opérateurs joue un rôle déterminant. Ils doivent en tout temps ajuster le débit des déchets liquides et des combustibles qui sont brûlés, de façon à obtenir une chimie de combustion qui respecte l’environnement, mais qui préserve également les installations.

Schéma détaillé du four d’incinération (1), de l’oxydation par voie humide (2) et de la valorisation des déchets par ces installations (3)

Schéma détaillé du four d’incinération (1), de l’oxydation par voie humide (2) et de la valorisation des déchets par ces installations (3)

1.

Les fours d’incinération

Chez CIMO, nous disposons de deux fours d’incinération statiques qui permettent l’incinération des déchets spéciaux liquides chargés en composés organiques non biodégradables. Des conditions d’incinération spécifiques à une température de 1100°C assurent l’élimination totale de polluants tels que des dioxines ou polychlorobiphényles (PCB).

Les déchets organiques ou aqueux, acides ou basiques, peuvent contenir du chlore, du brome, du fluor, de l’iode, du soufre ou encore du phosphore. Afin de récupérer l’énergie thermique, chacun de nos fours est équipé d’un récupérateur de chaleur produisant de la vapeur pour le réseau du site chimique de Monthey. Nos filières sont également équipées d’installations d’épuration des gaz de combustion et de traitement des laves.

Le travail des opérateurs joue un rôle déterminant. Ils doivent en tout temps ajuster le débit des déchets liquides et des combustibles qui sont brûlés, de façon à obtenir une chimie de combustion qui respecte l’environnement, mais qui préserve également les installations.

2.

Unité d’oxydation par voie humide (OVH)

Chez CIMO, nous disposons également d’une unité d’oxydation par voie humide (OVH), qui permet de dégrader et de minéraliser des déchets liquides moyennement chargés en matières organiques.

Pour être éliminés par l’OVH, les déchets doivent se présenter sous forme aqueuse. Les dérivés chlorés ne sont admis que dans certaines limites étant donné le risque de corrosion. Les autres halogènes, comme le brome, le fluor ou l’iode, y sont totalement interdits.

Les caractéristiques de ce procédé sont la pression de travail élevée (150 bar), la température de travail (comprise entre 150°C et 300°C) et l’absence de flamme.

2.

Unité d’oxydation par voie humide (OVH)

Chez CIMO, nous disposons également d’une unité d’oxydation par voie humide (OVH), qui permet de dégrader et de minéraliser des déchets liquides moyennement chargés en matières organiques.

Pour être éliminés par l’OVH, les déchets doivent se présenter sous forme aqueuse. Les dérivés chlorés ne sont admis que dans certaines limites étant donné le risque de corrosion. Les autres halogènes, comme le brome, le fluor ou l’iode, y sont totalement interdits.

Les caractéristiques de ce procédé sont la pression de travail élevée (150 bars), la température de travail (comprise entre 150°C et 300°C) et l’absence de flamme.

Oxydation par voie humide (OVH) / CIMO à Monthey

L’oxydation par voie humide (OVH) : une installation unique en Europe pour éliminer les effluents aqueux phosphorés

Ce procédé se distingue par l’absence complète de formation de poussières et par sa faculté à transformer l’azote organique en ammoniaque. C’est aussi dans l’OVH qu’est transformé le phosphore (récupéré tant aux fours d’incinération qu’à l’OVH) en phosphate tricalcique destiné à l’industrie des engrais et des fertilisants.

3.

Innovations en matière de valorisation et de recyclage

Chez CIMO, nous considérons nos filières de traitement (fours d’incinération, unité d’oxydation par voie humide, station d’épuration) comme des ‘‘prototypes’’ qui sont régulièrement améliorés afin d’optimiser leur rendement d’incinération. 

L’oxycombustion est l’une de nos dernières innovations : c’est un procédé qui consiste à incinérer les déchets en injectant dans l’un des fours de l’air enrichi en oxygène. Cet ajout dans le processus de combustion permet d’éliminer près de 50% de déchets aqueux supplémentaires et d’augmenter de 10% la production de vapeur sur un four.

Valorisation des déchets liquides pour un recyclage en matières premières et en énergie

Valorisation des déchets liquides pour un recyclage en matières premières et en énergie

3.

Innovations en matière de valorisation et de recyclage

Chez CIMO, nous considérons nos filières de traitement (fours d’incinération, unité d’oxydation par voie humide, station d’épuration) comme des ‘‘prototypes’’ qui sont régulièrement améliorés afin d’optimiser leur rendement d’incinération. 

L’oxycombustion est l’une de nos dernières innovations : c’est un procédé qui consiste à incinérer les déchets en injectant dans l’un des fours de l’air enrichi en oxygène. Cet ajout dans le processus de combustion permet d’éliminer près de 50% de déchets aqueux supplémentaires et d’augmenter de 10% la production de vapeur sur un four.

Le recyclage chez CIMO…

  • Nos installations fonctionnent 24h/24 (2 fours d’incinération et une unité d’oxydation par voie humide – OVH).
  • La quantité de déchets traités se monte à environ 100’000 tonnes par année.
  • La récupération de la chaleur d’incinération permet la production de la vapeur qui correspond au tiers de la consommation des bâtiments de production du site chimique de Monthey.
  • En guise de combustible, les fours sont alimentés avec des solvants usés, en lieu et place de matières premières fossiles, comme le gaz.
  • La valorisation énergétique de la chaleur et l’utilisation de solvants usés nous permettent de réduire sensiblement les émissions de CO2 d’origine fossile.
Opérateur Fours et OVH
Opérateur dans la salle de commande

Le recyclage chez CIMO…

  • Nos installations (2 fours d’incinération et une unité d’oxydation par voie humide – OVH) fonctionnent 24h/24.
  • La quantité de déchets traités se monte à environ 100’000 tonnes par année.
  • La récupération de la chaleur d’incinération permet la production de la vapeur qui correspond au tiers de la consommation des bâtiments de production du site chimique de Monthey.
  • En guise de combustible, les fours sont alimentés avec des solvants usés, en lieu et place de matières premières fossiles, comme le gaz.
  • La valorisation énergétique de la chaleur et l’utilisation de solvants usés nous permettent de réduire sensiblement les émissions de CO2 d’origine fossile.