Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
Connexion
Internet

> Pont rouge - La mare

 Présentation générale

Le plan d'eau

Le plan d'eau constitue un biotope très particulier. On y trouve des plantes et des animaux qui sont tributaires de la présence de l'eau, soit durant une phase de leur cycle de développement, soit pour y vivre en permanence.

L'essor de l'industrialisation, le développement des infrastructures, de même que les changements dans le mode d'exploitation des zones agricoles de la plaine du Rhône, ont suscité de profondes modifications dans le paysage du Chablais. Aujourd'hui, la majorité des zones humides ont disparu, entraînant du même coup le déclin, voire la disparition de la faune et de la flore particulières qu'elles abritaient. L'aménagement de nouveaux plans d'eau constitue la première étape indispensable à la préservation de ces espèces.

Il y a de cela des millions d'années, les premiers organismes qui peuplaient la terre vivaient tous dans l'eau. Au fil de leur évolution, certaines espèces ont développé des stratégies, pour progressivement coloniser les milieux terrestres. En dehors des espèces strictement terrestres ou aquatiques, certaines d'entre-elles ont conservé la nécessité de réaliser une partie de leur cycle de vie dans l'eau. Il s'agit des amphibiens (crapauds, grenouilles, tritons et salamandres), qui viennent pondre leurs œufs dans les mares et les étangs et qui, une fois adulte, vivent la plus grande partie du temps hors de l'eau. Bon nombre d'insectes font de même, comme les libellules ou certains coléoptères. D'autres invertébrés (gammares, planorbes) demeurent en permanence sous l'eau.

Une survivante du passé

Même si de nombreuses zones humides ont disparu, la prêle, quant à elle, a réussi à perdurer, à traverser le temps. C'est en effet une plante étonnante, qui existait déjà au temps des dinosaures. Si celle-ci n'a guère changé d'apparence, sa taille a, par contre, nettement diminué. Avoisinant les 30 mètres de haut, tel un grand arbre, son tronc mesurait 1 mètre d'épaisseur ; la prêle ne mesure plus aujourd'hui que 30 cm. On retrouve d'ailleurs quelques exemplaires de cette plante médicinale au bord de la mare du parc du Pont Rouge.